Secrets d’hygiène énergétique

Mettre de la conscience dans nos soins quotidiens améliore notre intimité, la qualité de notre présence et de nos relations. Les routines partagées ici participent à une meilleure santé, au raffinement de l’énergie, à la considération de soi, de l’autre et de notre lieu de vie.

Le matin, à jeun, avant de boire ou manger – Soigner son hygiène buccale

  • Avec un gratte langue ayurvédique, dégager le dépôt de bactéries et toxines accumulé sur la langue pendant le jeun de la nuit, ce qui évite de les réingérer en mangeant, facilite la désintoxication des organes et réduit la mauvaise haleine.
  • Faire gandouch, un bain de bouche à l’huile, pour assainir et régénérer toute la cavité buccale. En général, on utilise de l’huile de sésame bio de première pression à froid en hiver et de l’huile de coco bio en été. “Mâcher“ l’huile pendant 10 à 15 minutes avant de la recracher dans un vieux papier ou un jardin. Rincer ensuite la bouche à l’eau tiède. Éviter les solutions alcoolisées qui assèchent les muqueuses et fragilisent le microbiote buccal.
  • Se brosser les dents.
  • Boire de l’eau chaude – au moins à 37°C.
  • Petit déjeuner.

Et aussi…

  • Respirer.
  • Se doucher le soir avec un savon doux permet d’éliminer les toxines exsudées par la peau, les agents infectieux, les tensions et lourdeurs accumulées au cours de la journée (pollutions citadines, ondes électromagnétiques artificielles, contrariétés). L’eau est un grand purificateur. Durant le sommeil, la régénération du corps en est facilitée, et la literie se charge moins.
  • Se laver le nez à l’eau salée en fin de journée peut être utile dans les environnements pollués, en période de refroidissement, d’épidémies ou d’allergies saisonnières. Bien sécher chaque narine ensuite en la mouchant vigoureusement. Attendre une heure avant un contact à l’air froid.
  • Dormir suffisamment.
  • Côtoyer les arbres, passer du temps dans la nature.
  • Pratiquer une activité physique régulière, sans violence.
  • Boire de l’eau.
  • Choisir avec soin ses nourritures (alimentation, lectures, musique, films, spectacles, expositions, etc.)
  • Limiter le temps d’écran.
  • Cultiver les relations, la simplicité, le plaisir et la joie.
  • Méditer.

Prendre soin de son environnement vibratoire – Aimer son lieu de vie

  • Plusieurs fois par jour, ouvrir toutes les fenêtres, laisser l’air entrer et circuler librement pour renouveler l’énergie. Aérer avant et après les vapeurs de la nuit.
  • Maintenir un taux d’hygrométrie adapté dans le logement (idéalement entre 30% et 50%). Il existe des déshumidificateurs et humidificateurs d’air.
  • Ranger, faire du tri et le ménage régulièrement.
  • Réparer les fuites d’eau et traiter les meubles en bois parasités.
  • Fenêtres ouvertes, brûler de la sauge ou des résines d’encens de qualité sur un charbon ardent pour profiter de leurs bienfaits et purifier l’espace : camphre, benjoin, oliban, myrrhe, copal… Les murs saturent rapidement de nos émotions, mémoires et encombrements psychiques.
  • Diffuser des huiles essentielles de qualité pour assainir l’atmosphère, améliorer l’équilibre émotionnel et augmenter les fréquences vibratoires.
  • Coopérer avec les plantes vertes.
  • Ne pas hésiter à solliciter les services d’un géobiologue en cas de perturbations énergétiques importantes.

Nos vêtements peuvent soutenir ou alourdir notre énergie. Ils s’imprègnent des énergies stagnantes dans les espaces fermés et impactent notre rayonnement. S’ils exhalent un intérieur humide ou confiné, le tabac, le linge mal séché, une lessive ou un parfum trop forts, nos interactions sociales peuvent en être altérées.

Nos émanations inconscientes transmettent des informations… Qu’exprimons-nous et que partageons-nous au-delà des mots ?


Annexes

Retour en haut